Non classé

Alimentation du chien : quoi comment où pourquoi ?

L’alimentation, c’est la base. Bien nourrir son chien, en choisissant les aliments adaptés, c’est investir dans sa santé. Mais c’est aussi l’occasion d’éduquer son chien ! 

alimentation chien
Manger ?

 

Que doit manger un chien ?

Le chien est un carnivore, mais surtout un opportuniste. Il doit donc manger beaucoup de produits carnés (viande, mais aussi abats, os), avec quelques légumes. Les céréales sont déconseillées. Vous pouvez préparer vous-même des rations, comme cela s’est longtemps fait, mais faites attention aux vitamines et nutriments ! Il faudra sans doute complémenter.

Petite liste :

Vitamine A : présente dans l’huile de poisson et les oeufs. Joue un rôle dans la vision, la protection de la peau, antioxydant.

Vitamines du groupe B : pour peau et une fourrure de qualité.

Vitamine D : intervient dans la minéralisation des os, synthétisée par le soleil. ( à condition donc que le chien y soit suffisamment exposé)

Vitamine E : antioxydant, prévient le vieillissement précoce, limite les problèmes cardiovasculaires (en empêchant la formation de caillots dans le sang)

Vitamine K : synthétisée par les bactéries du tube digestif. Indispensable à la bonne coagulation du sang. Peut être donnée comme antidote aux raticides.

Attention : un apport trop important de vitamine est toxique. Mieux vaut un sous-dosage qu’un surdosage potentiellement mortel ! Demandez toujours l’avis d’un spécialiste si vous avez un doute.

Calcium (CA) : joue un rôle dans la construction du squelette et la contraction musculaire.

Phosphore (P) : joue un rôle dans la construction du squelette et la production d’énergie.

Le rapport Phosphore/Calcium, appelé aussi rapport phosphocalcique (Ca/P) doit se situer entre 1 et 2.

 

Besoins quotidiens en fonction du chien

Il existe un calcul mathématique pour déterminer exactement la ,ration d’un chien en kilocalories. Il se prénomme BEE (besoin énergétique d’entretien). Il se base sur un chien qui est en situation de confort thermique (ni trop chaud, ni trop froid) et qui a une activité physique modérée.

BEE = 130 x P puissance 0.73

P = poids du chien. Par exemple, pour un chien de 10 kg : sa ration serait de 130 x 10 puissance 0.73 soit 130 x 5.38 = 699 kcal

Ce BEE peut être nuancé par un coefficient K en fonction du stade physiologique du chien. (du coup, on multiplie le BEE par K).

Fin de gestation : coef K = 1.5

Lactation (semaines 1 et 2) : coef K = 2

Lactation (semaines 3 à 6) : coef K = 3

Croissance (de 0 à 50 % du poids adulte ) : coef K = 1.8

Croissance ( 80 % poids adulte) : coef K = 1.2

Travail modéré : coef K =  1.2

Travail intense : coef K =  2 à 3

Bon, je vous dis tout de suite : moi je fais au feeling hein. Mais ce sont des vraies données, si vous voulez les utiliser. En fait, souvent les chiens se régulent seuls. Mais, quand ils sont en groupe, il y a concurrence et ils vont avoir tendance à manger plus, trop et vite. L’idéal selon moi, est de surveiller le poids du chien et adapter la ration en fonction.

Un chien en bonne santé doit être svelte. Vous devez sentir une légère couche de gras/muscle sur les côtes. Le surpoids est source de problèmes de santé, ce n’est pas qu’une affaire d’esthétisme ! Vous pouvez aussi faire peser votre chien chez un vétérinaire : souvent, ces derniers proposent des balances en accès libre. Sinon, il vous reste l’option jeunes mariés : vous prenez votre chien dans les bras et vous vous pesez sur la balance familiale. Une petite soustraction de votre propre poids et le tour est joué ! (Technique déconseillée aux possesseurs de dogue allemand ou autre irish wolfhound)

Comprendre les étiquettes

L’avantage de l’alimentation toute prête, c’est que généralement toutes les vitamines sont bien présentes. Nourriture sèche ou humide, c’est une question de préférence. Je préconise les croquettes les plus grosses possible pour favoriser la mastication du chien, ce qui entretient bien les dents et les gencives. Dans tous les cas, l’eau doit être à volonté et changée tous les jours.

N’empêche, que vous choisissiez boîtes de pâté ou sac de croquettes, il vous faudra décrypter les étiquettes.

Vous devez trouver sur l’emballage :

  1. la composition : type d’aliment, détaillé en deux listes : matières premières par ordre d’importance et les additifs
  2. la traçabilité : coordonnées complètes du responsable d’étiquetage avec le numéro d’agrément et du lot de production
  3. l’utilisation : mode d’emploi, catégorie d’animaux destinée, si des compléments doivent être ajoutés…

Les appellations sont réglementées : 

“contient du…” = 4 % de l’ingrédient indiqué

“au…” = entre 4 et 14 % de l’ingrédient indiqué

“riche en…” = entre 14 et 26 %

“pâté de…” = de 25 à 100 %

“tout au…” = 100 %

Ce qui est important : la quantité et la qualité de protéines. Si ce n’est pas le premier ingrédient, ce n’est même pas la peine ! 20 % de protéines sont un minimum. Attention, je parle bien sûr pour un chien en bonne santé. Pour les cas spécifiques, mieux vaut faire appel à un vétérinaire.

Distribution du manger !

Pour un chiot, préférez les rituels : on mange puis on sort directement faire les besoins. Mais dès que le chien est à l’aise avec ses besoins et peut se retenir, on peut changer de façon de procéder.

  1. le chien mange après le maître. Dans une meute, c’est l’alpha qui mange en premier, puis qui décide de qui mange quoi.
  2. le chien doit attendre votre accord pour manger. Il ne doit pas se jeter sur vous ou sur la gamelle. S’il se goinfre, vous pouvez remplir la gamelle avec un peu d’eau, ce qui le fera ralentir, ou encore avec des grosses pierres placées au fond de la gamelle.
  3. vous devez pouvoir reprendre la gamelle à tout moment.

Manger au bon moment…

Il est déconseillé de nourrir un chien juste avant ou juste après un effort conséquent. Il vaut mieux lui laisser le temps de digérer tranquillement. Cela est particulièrement important pour les races sujettes aux problèmes de torsions de l’estomac.

Dans la même idée, on peut diviser la portion journalière en deux pour ne pas surcharger d’un coup l’estomac. (Par exemple, si vous donnez de la pâtée, le volume est beaucoup plus important qu’une ration équivalente en croquettes).

Limiter la goinfrerie

Un chien goinfre doit apprendre à manger calmement, pour lui éviter par exemple de s’étouffer à demi puis de vomir son repas sur le tapis du salon.

Quelques astuces :

# remplir la gamelle de croquettes avec de l’eau. Le chien se fatigue à vider l’eau et mangera plus lentement.

# mettre des pierres au fond de la gamelle. Le chien ne voulant pas mordre dans ces choses dures et peu goûteuses, devra être plus précautionneux. Attention à mettre des pierres suffisamment grosses. On a affaire à un glouton, je vous rappelle !

# si vous possédez plusieurs chiens, c’est peut-être l’inquiétude de la concurrence qui pousse à la goinfrerie. Isolez le chien des autres animaux pour qu’il puisse manger sans surveiller les piques-assiettes potentiels.

# vérifiez que l’alimentation est complète et adaptée. Changez éventuellement pour des croquettes plus grandes, ce qui encouragera le chien à mastiquer.

# préparez la gamelle, mais ne la donnez pas au chien. Faîtes lui faire quelques exercices simples pour le détourner. Marche au pied, assis, va à ta place, etc. Quand le chien est bien calme et focalisé sur vous plutôt que sur la gamelle, le laisser aller. (Evidemment, c’est à pratiquer avec patience et progressivement.)

Manger et apprendre

La distribution de la nourriture ne doit pas être une récompense directement. Il faut que le chien comprenne que c’est vous qui décidez du manger, ce qui l’amènera automatiquement à vous considérer comme un chef de meute.

Pour ce faire, vous pouvez donner de manière arbitraire les repas, sans heure fixe. De même, attendez que le chien soit calme, vous ne devez pas céder à ses sollicitations mais au contraire vous détourner.

Les friandises sont inutiles et mauvaises pour la santé du chien. La meilleure récompense est votre voix et vos caresses. Mais en guise de coup de pouce, vous pouvez prendre quelques croquettes dans la main pour fasciner le chien, pas besoin d’acheter des friandises. Pas de pain, même dur, pas de sucre !

Pour que le chien fasse ses dents, vous pouvez lui laisser un os (cru !), ou un bâton en libre accès.

L’addition, s’il vous plaît.

Comme pour les humains, il faut éduquer les chiens avec une bonne alimentation. Mieux vaut investir dans les croquettes que dans les frais vétérinaire… Or, si le chien peut effectivement survivre en mangeant n’importe quoi, pour une belle et longue vie en bonne santé, il a des besoins spécifiques à ne pas négliger. Comme pour nous, c’est par l’alimentation que tout commence ! 

Bien entendu, il y a la question du budget. Personnellement, je suis aux croquettes actuellement, mais il est également possible de nourrir son chien soi-même et correctement avec du BARF par exemple. (« Biologically Appropriate Raw Food » : nourriture crue adaptée biologiquement). Si le sujet vous intéresse, je vous renvoie vers des gens plus compétents pour vous documenter.

Si vous-même avez des recettes qui fonctionnent, n’hésitez pas à partager vos idées ! En attendant, je vous souhaite un bon appétit !

 

 

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

Envie de vous cultiver un peu plus ? Recevez mon guide gratuitement !